IncognitoIncognito

Release date: Apr 2, 1987Date de sortie: 2 avr. 1987

The album Incognito marks a major turning point in Céline’s career.

After nine studio albums, Céline released her first album on a major label, CBS, which would eventually become Sony in 1991.

At 18, Céline had a new sound and look. René Angélil asked famous Québécois songwriter Luc Plamondon to write original songs for her, in addition to several Quebec rock and pop composers. Eddy Marnay, her main lyricist since the first recordings, also contributes five new songs to the album.

Of the album’s eight songs, six are released as singles. Four of the singles reach #1 on the Quebec music charts.

The album goes on to sell more than 200,000 copies.

L’album Incognito marque un tournant majeur dans la carrière de Céline.

Après neuf albums studio, Céline sort son premier album chez un major, CBS, qui deviendra éventuellement Sony en 1991.

À 18 ans, elle adopte un nouveau son et un nouveau look. René Angélil fera appel à Luc Plamondon pour lui écrire des chansons originales ainsi qu’à plusieurs autres compositeurs issus du monde de la pop et du rock québécois. Eddy Marnay, son parolier de toujours, sera encore présent en collaborant à cinq chansons.

Sur les huit chansons de l’album, six seront commercialisées en singles et quatre atteindront la première position des palmarès québécois.

L’album se vendra à plus de 200 000 exemplaires.

  • 1

    Incognito

    Incognito
    Bien dans ma peau
    Incognito
    Je recommence ma vie à zéro

    Incognito
    Sans dire un mot
    Incognito
    C’est pas facile de te tourner le dos

    M’en aller loin d’ici
    M’en aller loin de toi, loin de moi
    Loin d’ici une autre vie
    Loin de toi, il existe une autre moi

    M’en aller dans un pays
    Où personne ne saura qui je suis
    Solitaire je chercherai
    Sur la terre un coin où je t’oublierai

    Loin de nous
    Loin de tout
    Loin du monde où j’étais ta possession
    Loin de nous
    Loin de tout
    J’oublierai ton nom et mon nom

    Je m’en irai incognito
    Bien dans ma peau
    Incognito
    Je recommence ma vie à zéro

    Incognito
    Sans dire un mot
    Incognito
    C’est pas facile de te tourner le dos

    Je m’en vais aujourd’hui
    Loin de mes amis, de tes amis
    Qui diront ce qu’ils voudront
    Dans mon dos
    Je n’en saurai pas un mot

    Je m’en vais au bout du monde
    S’il le faut je m’ferai teindre en blonde
    Si jamais tu me revois
    J’te promets qu’ tu n’me reconnaîtras pas

    Loin de nous
    Loin de tout
    Loin du monde où j’étais ta possession
    Loin de nous
    Loin de tout
    J’oublierai ton nom et mon nom
    Je m’en irai

    Incognito
    Bien dans ma peau
    Incognito
    Je recommence ma vie à zéro

    Incognito
    Sans dire un mot
    Sans dire un mot
    Pas facile de te tourner le dos

    Incognito
    Bien dans ma peau
    Incognito
    Je recommence ma vie à zéro


    (Luc Plamondon / Jean-Alain Roussel)

  • 2

    Lolita (Trop jeune pour aimer)

    Tu dis qu’ je suis trop jeune
    Pour vivre avec un homme
    Moi je te dis
    Je m’en fous, je m’en fous
    I love you

    Si tu ne veux pas prendre
    L’amour que je te donne
    Je pourrais te rendre fou, rendre fou
    Jusqu’au bout

    Lolita n’est pas trop jeune pour aimer
    N’est pas trop jeune pour se donner
    Quand le desir dévore son corps
    Jusqu’au bout de ses doigts
    Jamais trop jeune pour aimer
    Jamais trop jeune pour se donner
    Mais tu ignores le feu qui dort
    Au fond de moi

    Toutes ces nuits que j’ai passées
    Seule à te caresser
    Il faut que tu me les rendes, me les rendes
    Une à une

    Toutes ces nuits toute seule dans le noir
    De ma chambre
    À rêver que tu viens me prendre
    Me feras-tu encore attendre des jours, des mois

    Si tu ne viens pas, ce s’ra un autre
    Si ce n’est pas toi, ce s’ra ta faute
    Si je regrette toute ma vie
    Ma première nuit d’amour

    Trop jeune pour aimer
    Qu’est-ce que ça veut dire
    Lolita répond je m’en fous, je m’en fous
    I love you


    (Luc Plamondon / Daniel Lavoie)

  • 3

    On traverse un miroir

    Qu’est-ce qui se passe
    Quand on est lasse
    Quand le coeur a perdu ses couleurs
    Une émotion
    Comme une invitation
    À chanter sans aucune raison
    Tout ça pour un regard ou deux
    Un sourire qui tremble un peu
    C’est l’amour, c’est l’accident
    On sent passer le courant

    Refrain:

    On traverse un miroir
    Malgre la peur d’y croire
    On se dit que cette fois-ci
    On aime à la folie
    Une vie sans histoire
    C’est bien pire qu’un trou noir
    Sans hésiter, sans savoir
    On traverse un miroir

    Champagne en trop
    Rien n’est trop beau
    On a du mal à trouver les mots
    On dit tout bas n’importe quoi
    Pour étouffer l’envie de crier
    On se tait, on reste accroché
    Comme deux enfants désespérés
    On rêve de partager
    Une nuit comme au ciné

    Refrain


    (Isa Minoke / Robert Lafond)

  • 4

    Partout je te vois

    J’ai tant besoin de toi
    Que j’invente des images
    Je joue avec tes yeux
    Quand tu n’es pas là
    J’éclaire la nuit
    Je colore les nuages
    Et ton visage
    Ne s’efface jamais

    Dans les rues de mon coeur
    Dans le soleil
    Et dans l’ombre
    Partout je te vois
    Dans le lit de ma main
    Dans tous mes rêves
    Ici, partout
    Je ne vois que toi

    Ce que je veux te dire
    C’est que le temps serait triste
    Oh, si tu t’en allais
    Pour plus de quelques heures
    C’est parc’que tu m’aimes
    Que je vis et que j’existe
    Parc’que tu m’aimes
    Que je n’ai pas peur

    Dans les rues de mon coeur
    Dans le soleil
    Et dans l’ombre
    Partout je te vois
    Dans le lit de ma main
    Dans tous mes rêves
    Ici, partout
    Je ne vois que toi

    Je ne veux pas
    Que quelque chose nous sépare
    Je ne veux pas
    Que tu te perdes loin de moi
    Je ne veux pas
    Que quelqu’un d’inconnu
    Passe un jour par là
    Et te prenne à moi

    Dans les rues de mon coeur
    Dans le soleil
    Et dans l’ombre
    Partout je te vois
    Dans le lit de ma main
    Dans tous mes rêves
    Ici, partout
    Je te vois…

    J’ai besoin de toi
    Je ne vis pas
    Je ne vois que toi
    Je ne suis rien
    Sans toi

    Je te vois partout

     

    (Eddy Marnay / Aldo Nova)

  • 5

    Jours de fièvre

    Tout à coup j’ai su que je t’aimais
    C’était comme un éclair
    Comme un coup de tonnerre en moi
    Tout à coup le monde est renversé
    Brisé comme du verre
    Et la terre s’envole en éclats
    Devant moi, devant moi
    Et je brûle et tu brûleras
    Avec moi, avec moi

    Refrain

    Jours de fièvre
    Jours de feu
    Sur nos lèvres jusque dans nos yeux
    Il se lève
    Comme un torrent
    Dans nos rêves rêves délirants
    Jours de fièvre
    Dévorant
    C’est la sève, le temps du tourment
    Je soulève des volcans
    Et j’ai la fièvre fièvre dans le sang

    C’est le monde à plus de cent degrés
    J’ai le ciel et l’enfer
    J’ai l’amour et la guerre en moi
    J’ai oublié tout ce que j’étais
    Je marche et je me perds
    Je ne vois plus à quatre pas
    Devant moi, devant moi
    Et je brûle et tu brûleras
    Avec moi, avec moi

    Jours de fièvre
    Jours de feu
    Sur nos lèvres jusque dans nos yeux
    Il se lève
    Comme un torrent
    Dans nos rêves rêves délirants
    Jours de fièvre
    Dévorant
    C’est la sève, le temps du tourment
    Je soulève des volcans
    Et j’ai la fièvre fièvre dans le sang

    Cette fille qui se jette
    À corps perdu
    C’est moi qui ai perdu la tête
    Ou quelqu’un d’autre, je ne sais plus


    (Eddy Marnay / Jean-Alain Roussel)

  • 6

    D'abord, c'est quoi l'amour

    Attention mon coeur
    Souvent tu parles trop
    Souvent tu joues avec les mots
    Moi quand tu parles je ne joue pas
    Je te crois
    Quand tu dis Je t’aime
    Moi j’entends pour la vie
    Mais toi c’est une nuit
    Et sans savoir ce que c’est l’amour
    Tu passes ton temps
    À parler d’amour

    D’abord c’est quoi l’amour
    Tu ne sais pas l’amour
    Un mot qu’on oublie
    Tu crois que c’est ça
    L’amour

    Le plus important
    C’est ce qu’on ne dit pas
    Mais c’est ce qui se voit
    Un geste, un rien, un simple regard
    Je te crie souvent
    Fais semblant d’y croire
    D’abord c’est quoi l’amour
    Tu ne sais pas l’amour
    Un mot qu’on oublie
    Tu crois que c’est ça l’amour

    Ce que je ressens pour toi
    C’est comme un torrent de joie
    Un feu qui brûle
    Au milieu de moi

    Voilà, c’est ça l’amour
    C’est dans le coeur l’amour
    Et quand je te vois
    Je sais que c’est ça

    Mais oui c’est ça l’amour
    C’est dans le coeur l’amour
    Ouvre-moi tes bras
    Je sais que c’est ça

    L’amour, c’est ça


    (Eddy Marnay / Steven Tracey)

  • 7

    Délivre-moi

    Si tu me cherches
    Je suis comme une ombre
    Je suis le reflet de ton coeur
    C’est toi l’horloge
    Qui compte le nombre
    De mes jours et de mes heures

    Seule dans mes rêves
    Seule dans la nuit
    Seule à guetter ton regard
    Seule à t’attendre
    Seule je m’ennuie
    Comme un train dans une gare

    Il faudrait qu’un matin tu me délivres
    Du secret que je garde malgré moi

    Délivre-moi d’un amour
    Qui vit dans l’ombre
    Sors de ton silence et parle à mon coeur
    …que j’aime au grand jour
    Et devant le monde
    Il n’y a que dans l’ombre que j’aie peur

    Je ne suis libre
    Qu’enchaînée à toi
    Si tu me veux libre, enchaîne-moi
    Je ne peux vivre
    Qu’un rêve à la fois
    Ouvre la porte, emmène-moi

    Il faut bien qu’un matin tu me délivres
    D’un secret que je ne garderai pas

    Délivre-moi d’un amour
    Qui vit dans l’ombre
    Sors de ton silence et parle à mon coeur
    …que j’aime au grand jour
    Et devant le monde
    Il n’y a que dans l’ombre que j’aie peur


    (Eddy Marnay / E.G. Daily / Harold Faltermeyer)

  • 8

    Comme un coeur froid

    Matin solitaire
    Soleil à l’envers
    Mes jours s’endorment
    Quand tu t’en vas
    Murs de ma maison
    Pour seul horizon
    Un vide énorme
    Tombe sur moi
    Le temps qui balance
    Entre deux silences
    Le téléphone
    Ne répond pas

    Comme un coeur froid
    La vie manque à la vie
    L’amour manque à l’amour
    Puisque tu n’es pas là

    Ballade inutile
    À travers la ville
    Des rues qui bougent
    Et font du bruit
    Le coeur fatigué
    De vivre à moitié
    Et les yeux rouges
    Quand vient la nuit

    On ne devrait pas ouvrir les portes
    On ne devrait pas se séparer
    Même un jour, une heure ou une nuit
    Les avions et les trains qui t’emportent
    Nous obligent à tout recommencer
    Comm’ si chaque fois c’était fini

    Comme un coeur froid
    La vie manque à la vie
    L’amour manque à l’amour
    Puisque tu n’es pas là

    Toi le voyageur
    Toi toujours ailleurs
    Ton paysage
    Te suit partout
    Moi, quand je veux faire

    Le tour de la terre
    Je ne voyage
    Qu’autour de nous

    J’ai le coeur froid
    Tu n’es pas là

    J’ai le coeur froid
    Tu n’es pas là

    J’ai le coeur froid
    Tu n’es pas là


    (Eddy Marnay / Jean-Alain Roussel)