Dion chante PlamondonDion chante Plamondon

Release date: Nov 4, 1991Date de sortie: 4 nov. 1991

Dion chante Plamondon is entirely comprised of songs written by Québécois songwriter Luc Plamondon.

In June 1991 Céline traveled to Paris to record two songs at Michel Berger’s studio Face B. The songs are for the album Tycoon, an English-language version of Starmania, the famous French rock-opera by Plamondon and Berger. Seduced by the studio’s configuration and intimacy, Céline decided to record an entire album dedicated to Luc Plamondon’s celebrated repertoire. Included on this album are three songs from Starmania and four new original songs, including Des mots qui sonnent and L’amour existe encore, the latter of which would become the cornerstone of Céline’s French repertoire. 

The album is certified Gold the day it launches and is Céline’s first French album to be released worldwide.

 

Sur l'album Dion chante Plamondon, Céline prête sa voix aux chansons du célèbre parolier québécois Luc Plamondon.

En juin 1991, Céline se rend à Paris au studio Face B de Michel Berger pour y enregistrer deux chansons pour l’album Tycoon, la version anglaise de Starmania, le fameux opéra rock de Plamondon et Berger qui fit salle comble partout dans la francophonie et qui fut même présenté à Moscou.

Séduite par la configuration et l’intimité du studio, Céline décide d’y d’enregistrer un album complet consacré au célèbre répertoire de Luc Plamondon. On y retrouvera, entre autres, trois chansons issues de Starmania ainsi que quatre nouveaux titres dont la très rock Des mots qui sonnent et la mémorable L’amour existe encore, chanson phare de son répertoire francophone.

L'album a été certifié or le jour même de son lancement et il s’agit du premier album francophone de Céline à avoir connu une sortie mondiale.

 

  • 1

    Des mots qui sonnent

    Come’on baby, fais-moi une chanson
    Réponds au moins au téléphone
    Je sais bien que ton occupation
    Préférée… c’est d’avoir du fun

    Mais moi j’ai besoin de ma chanson
    Toutes mes lignes de téléphone sonnent
    J’suis bookée à la télévision
    Dans tous les shows de promotion

    Qu’est-ce que j’vais faire
    Si j’ai pas ma chanson
    De quoi j’vais avoir l’air?
    Allo!
    J’leur ai promis un numéro un
    J’suis en studio demain matin

    Écris-moi des mots qui sonnent
    Des mots qui résonnent
    Écris-moi des mots qui donnent
    Un sens à ma musique
    Écris-moi des mots qui sonnent
    Des mots qui raisonnent
    Écris-moi des mots qui cognent
    Sur l’accent tonique

    Écris-moi des mots
    Écris-moi des mots
    Écris-moi des mots qui sonnent

    J’peux venir te tenir la main
    Te faire un double expresso – oh!
    Faut qu’tu m’la finisses avant demain
    Sinon mon planning tombe à l’eau

    Donne-moi au moins l’idée du refrain
    Faut que j’tourne une vidéo – oh!
    Tu peux parler de tout de rien
    Pourvu que j’aie mon scénario

    Donne-moi juste un heure
    De ton inspiration
    Pense à tes droits d’auteur!!!
    Oh!oh!
    Faut que j’monte au moins jusqu’au Top Ten
    Y’faut qu’tu penses AM-FM

    Écris-moi des mots qui sonnent
    Des mots qui résonnent
    Écris-moi des mots qui donnent
    Un sens à ma musique

    Écris-moi des mots qui sonnent
    Des mots qui raisonnent
    Écris-moi des mots right on
    Avec la rythmique

    Écris-moi des mots
    Écris-moi des mots
    Écris-moi des mots qui sonnent

    Écris-moi des lignes
    Qui swiguent comm’ du Sting
    Qui sonnent
    Comm’ du Jackson

    Des mots qui riment
    Des mots qui pensent
    Et qui balancent

    Des mots qui disent
    Ce que tu dirais, toi
    Si tu avais ma voix

    Écris-moi des mots qui dansent
    Écris-moi des mots qui sonnent

    Écris-moi des mots qui sonnent
    Des mots qui résonnent
    Écris-moi des mots qui donnent
    Un sens à ma musique

    Écris-moi des mots qui sonnent
    Des mots qui raisonnent
    Écris-moi des mots qui cognent
    Sur l’accent tonique

    Écris-moi des mots qui sonnent
    Écris-moi des mots qui sonnent right on

    Y’faut qu’ça fasse un number one
    Y faut qu’ce soit l’fun

    Écris-moi des mots
    Écris-moi des mots
    Écris-moi des mots qui sonnent


    (Luc Plamondon / Aldo Nova / Marty Simon)

  • 2

    Le monde est stone

    J’ai la tête qui éclate
    J’voudrais seulement dormir
    M’étendre sur l’asphalte
    Et me laisser mourir

    Stone
    Le monde est stone
    Je cherche le soleil
    Au milieu de la nuit

    J’sais pas si c’est la terre
    Qui tourne à l’envers
    Ou bien si c’est moi
    Qui m’fait du cinéma

    Stone
    Le monde est stone

    J’ai plus envie d’me battre
    J’ai plus envie d’courir
    Comme tous ces automates
    Qui bâtissent des empires
    Que le vent peut détruire
    Comme des châteaux de cartes

    Stone
    Le monde est stone
    Je cherche le soleil
    Au milieu de ma nuit…

    Laissez-moi me débattre
    N’venez pas m’secourir
    Venez plutôt m’abattre
    Pour m’empêcher d’souffrir

    J’ai la tête qui éclate
    J’voudrais seulement dormir
    M’étendre sur l’asphalte
    Et me laisser mourir
    Et me laisser mourir


    (Luc Plamondon / Michel Berger)

  • 3

    J'ai besoin d'un chum

    Choeur:
    J’ai besoin d’un homme
    J’ai besoin d’un chum

    J’ai besoin d’un homme

    J’ai pas besoin d’mon père ni d’ma mère
    J’ai besoin d’un chum
    J’ai pas besoin d’un mari ni d’un frère
    J’ai besoin d’un chum

    J’ai besoin d’un homme
    J’ai besoin d’un chum

    J’ai pas besoin d’un diable ni d’un dieu
    J’ai besoin d’un chum
    Comme j’ai besoin d’eau, d’air et de feu
    J’ai besoin d’un chum

    J’pensais pouvoir me passer des hommes
    Mais quand j’en ai un dans la peau
    C’est toujours tout nouveau tout beau

    J’ai pas besoin d’mon père ni d’ma mère
    J’ai besoin d’un chum
    Comme j’ai besoin du soleil et d’la mer
    J’ai besoin d’un chum

    J’ai besoin d’un homme
    J’ai besoin d’un chum

    J’ai pas besoin d’champagne et d’chocolat
    J’ai besoin d’un chum
    Comme j’ai besoin d’rock’r roll et d’salsa
    J’ai besoin d’un chum

    Pour moi tous les chemins mènent à l’homme
    Je r’tombe toujours dans le même panneau
    Mais chaque fois j’vas r’voler plus haut

    J’ai pas besoin d’mon père ni d’ma mère
    J’ai besoin d’un chum
    L’printemps, l’été, l’automne et l’hiver
    J’ai besoin d’un chum

    J’ai besoin d’un homme
    J’ai besoin d’un chum

    J’ai besoin
    J’ai besoin
    J’ai besoin
    D’un chum


    (Luc Plamondon / François Cousineau)

  • 4

    Le fils de Superman

    Tout comme son père
    Le petit Jean-Pierre
    Était un fan
    Un fan de Superman

    Il collectionnait
    Toutes les bandes dessinées
    Où il pouvait voir son héros
    Voler comme un oiseau

    Jean-Pierre devait avoir huit ans hier
    Et ses parents en étaient tellement fiers
    Qu'ils décidèrent de faire
    Pour son anniversaire
    Un voyage éclair à New York
    La ville de Superman

    De leur chambre d'hôtel
    Au cinquantième étage du Waldorf
    La vue était si belle
    Que leur première soirée
    Ils la passèrent à regarder
    Les lumières de Manhattan

    Le lendemain
    Ils marchèrent sur Broadway
    Main dans la main
    Comme dans un conte de fées
    Et dans un magasin
    Où l'on vend de tout de rien
    Jean-Pierre se fit offrir par son père
    Un costume de Superman

    Dès ce soir-là
    Il voulu le porter
    Comme pyjama
    Pour pouvoir mieux rêver
    Mais quand ses parents
    Se furent endormis
    Tout près de lui dans le grand lit
    Il se leva sans bruit
    Il ouvrit la fenêtre
    Et quand il vit apparaître
    Les lumières de Manhattan
    Il voulut s'envoler
    Dans la nuit étoilée
    Comme un oiseau qui plane

    C'est justement hier
    Qu'on a porté en terre
    Jean-Pierre
    Le fils de Superman


    (Luc Plamondon / Germain Gauthier)

  • 5

    Je danse dans ma tête

    L’avenir est planétaire
    Y’a six milliards d’humains sur terre
    Mais chacun vie sa vit en solitaire

    Chacun a ses habitudes
    Chacun a ses certitudes
    Et l’amour est la pire des solitudes

    Quand l’univers m’indiffère
    Quand j’ai plus envie de rien faire
    Quand ma vie m’endort comme un somnifère

    J’ai inventé la formule
    Qui vaut mieux que toutes les pilules
    Même si ça me donne l’air d’une somnambule

    Je de-de-de-danse dans ma tête
    Je de-de-de-danse dans ma tête
    Je de-de-de-danse dans ma tête

    Que je sois debout dans le métro
    Que je sois assise à mon bureau
    Tous les jours les mêmes mots
    Les mêmes gestes de robot

    Y’a d’quoi dev’nir fou
    Et vous qu’en pensez-vous?
    Y’a vraiment d’quoi dev’nir fou
    Mais moi je m’en fou

    Je de-de-de-danse dans ma tête
    Je de-de-de-danse dans ma tête
    Je de-de-de-danse dans ma tête

    Quoi qu’on fasse ou quoi qu’on dise
    De partout on nous satellise
    On nous épie, on nous informatise

    À force de la regarder
    Je commence à me demander
    Si ma télé ne va pas m’avaler

    Dehors les néons s’allument
    All right!
    J’préfère regarder la lune
    All night …
    Étendue nue sur mon lit
    Dans la chaleur de la nuit

    Les sirènes de police
    Hurlent comme des loups
    Je voudrais comme Alice
    Tomber dans un grand trou…

    Je de-de-de-danse dans ma tête
    Je de-de-de-danse dans ma tête
    Je de-de-de-danse dans ma tête


    (Luc Plamondon / Romano Musumarra)

  • 6

    Le blues du businessman

    J’ai du succès dans mes affaires
    J’ai du succès dans mes amours
    Je change souvent de secrétaire

    J’ai mon bureau en haut d’une tour
    D’où je vois la ville à l’envers
    D’où je contrôle mon univers

    J’passe la moitié d’ma vie en l’air
    Entre New York et Singapour
    Je voyage toujours en première

    J’ai ma résidence secondaire
    Dans tous les Hilton de la terre
    J’peux pas supporter la misère…

    J’suis pas heureux mais j’en ai l’air
    J’ai perdu le sens de l’humour
    Depuis que j’ai le sens des affaires

    J’ai réussi et j’en suis fier
    Au fond je n’ai qu’un seul regret
    J’fais pas c’que j’aurais voulu faire…

    J’aurais voulu être un artiste
    Pour pouvoir faire mon numéro
    Quand l’avion se pose sur la piste

    À Rotterdam ou à Rio
    J’aurais voulu être un chanteur
    Pour pouvoir crier qui je suis
    J’aurais voulu être un auteur
    Pour pouvoir inventer ma vie

    J’aurais voulu être un acteur
    Pour tous les jours changer de peau
    Et pour pouvoir me trouver beau
    Sur un grand écran en couleurs

    J’aurais voulu être un artiste
    Pour pouvoir être un anachiste
    Et vivre comme… un millionnaire

    J’aurais voulu être un artiste
    Pour avoir le monde à refaire
    Pour pouvoir dire pourquoi j’existe


    (Luc Plamondon / Michel Berger)

  • 7

    Piaf chanterait du rock

    Elle était née dans la rue
    On croyait à son histoire
    Elle mettait son âme à nu
    Comme aujourd’hui les rock-stars

    Sa carrière c’était sa vie
    Et tant pis si ça vous choque
    Si Piaf vivait aujourd’hui
    Sa ‘Vie en rose’ serait en rock
    Et même son ‘Hymne à l’amour’
    Sonnerait au goût du jour

    Piaf chanterait du rock
    Elle vivrait aujourd’hui
    Avec son époque
    Piaf chanterait du rock
    Elle serait elle aussi
    Sous le choc
    De la musique rock

    Elle vivait au maximum
    Ses passions comme ses chansons
    Et quand elle aimait un homme
    L’univers savait son nom

    Vous qui poursuivez son cri
    Remettez vos montres à l’heure
    Si Piaf vivait aujourd’hui
    Son ‘Cri du coeur’ serait rockeur
    Elle hurlerait à pleine sono
    Son ‘Homme à la moto’

    Piaf chanterait du rock
    Elle vivrait aujourd’hui
    Avec son époque
    Piaf chanterait du rock
    Elle serait elle aussi
    Sous le choc
    De la musique rock


    (Luc Plamondon / Germain Gauthier)

  • 8

    Un garçon pas comme les autres (Ziggy)

    Ziggy, il s’appelle Ziggy
    Je suis folle de lui
    C’est un garçon pas comme les autres
    Mais moi je l’aime, c’est pas d’ma faute
    Même si je sais
    Qu’il ne m’aimera jamais

    Ziggy, il s’appelle Ziggy
    Je suis folle de lui
    La première fois que je l’ai vu
    Je m’suis jetée sur lui dans la rue
    J’lui ai seulement dit
    Que j’avais envie de lui

    Il était quatre heures du matin
    J’étais seule et j’avais besoin
    De parler à quelqu’un

    Il m’a dit: viens prendre un café
    Et on s’est raconté nos vies
    On a ri, on a pleuré

    Ziggy, il s’appelle Ziggy
    C’est mon seul ami
    Dans sa tête y’a que d’la musique
    Il vend des disques dans une boutique
    On dirait qu’il vit dans une autre galaxie

    Tous les soirs, il m’emmène danser
    Dans des endroits très très gais
    Où il a des tas d’amis
    Oui, je sais, il aime les garçons
    Je devrais me faire une raison
    Essayer de l’oublier… mais

    Ziggy, il s’appelle Ziggy
    Je suis folle de lui
    C’est un garçon pas comme les autres
    Et moi je l’aime, c’est pas d’ma faute
    Même si je sais
    Qu’il ne m’aimera jamais.


    (Luc Plamondon / Michel Berger)

  • 9

    Quelqu'un que j'aime, quelqu'un qui m'aime

    À quoi ça sert
    D'avoir
    L'univers à mes pieds

    Si solitaire
    Ce soir
    Dans ma chambre à L.A.

    Je voudrais avoir...

    Quelqu'un que j'aime
    Quelqu'un à qui donner
    Quelqu'un qui m'aime
    Avec qui tout partager

    Quelqu'un que j'aime
    Quelqu'un à qui parler
    Quelqu'un qui m'aime
    À qui j'pourrais au moins téléphoner

    Tous ces milliers
    De bras
    Qui sont tendus vers moi

    Pour partager
    L'amour
    Qu'ils me donnent chaque soir

    Je voudrais avoir...

    Quelqu'un que j'aime
    Quelqu'un à qui donner
    Quelqu'un qui m'aime
    Avec qui tout partager

    Quelqu'un que j'aime
    Quelqu'un à qui parler
    Quelqu'un qui m'aime
    À qui j'pourrais au moins téléphoner

    Seule devant mon miroir
    Pas facile
    D'affronter
    La vérité

    Au fond de mon regard
    Je ne suis plus
    La petite fille
    Que j'ai été

    Quand se referme chaque soir
    Le livre de mon conte de fées
    Je voudrais avoir...

    Quelqu'un que j'aime
    Quelqu'un à qui donner
    Quelqu'un qui m'aime
    Avec qui tout partager

    Quelqu'un que j'aime
    Quelqu'un à qui parler
    Quelqu'un qui m'aime
    À qui j'pourrais au moins téléphoner


    (Luc Plamondon / Erown)

  • 10

    Les uns contre les autres

    On dort les uns contre les autres
    On vit les uns avec les autres
    On se caresse, on se cajole
    On se comprend, on se console
    Mais au bout du compte
    On se rend compte
    Qu’on est toujours tout seul au monde

    On danse les uns contre les autres
    On court les uns après les autres
    On se déteste, on se déchire
    On se détruit, on se désire
    Mais au bout du compte
    On se rend compte
    Qu’on est toujours tout seul au monde

    On dort les uns contre les autres
    On vit les uns avec les autres
    On se caresse, on se cajole
    On se comprend, on se console
    Mais au bout du compte
    On se rend compte
    Qu’on est toujours tout seul au monde

    Mais au bout du compte
    On se rend compte
    Qu’on est toujours tout seul au monde


    (Luc Plamondon / Michel Berger)

  • 11

    Oxygène

    Comme tous les matins
    Le soleil se lève
    Entre les buildings

    Vers sept heures et demie
    J'ouvre ma fenêtre
    Toujours le même homme qui fait son jogging!

    Je m'habille
    Je me maquille
    J'avale un grand café noir

    Mes lunettes
    Ma malette
    Accessoires obligatoires

    Les miroirs
    Du couloir
    Multiplient ma silhouette

    L'ascenceur
    Me fait peur
    À chaque étage, mon coeur s'arrête...

    Donnez-moi
    Donnez-moi de l'oxygène
    Donnez-moi de l'oxygène...

    Dans une cour d'école
    Un enfant qui joue
    Avec un ballon vert
    Porte tout à coup
    La main à son cou
    En tombant par terre, étouffé par l'air

    À midi
    Et demi
    Encore un grand café noir

    Je ne mange
    Qu'une orange
    Pour tenir le coup jusqu'au soir

    Je m'étends
    Un instant
    Les jambes à la verticale

    Je respire
    Et j'expire
    Dans un mouvement machinal...

    Donnez-moi
    Donnez-moi de l'oxygène
    Donnez-moi de l'oxygène...

    Dans une ambulance
    Traversant la ville
    À deux cents à l'heure
    On mène à l'urgence
    Um homme immobile
    Avec une pile à la place du coeur

    Toute la s'maine
    J'me démène
    De neuf heures jusqu'à cinq heures

    Le trafic
    Me panique
    Quand je roule à la noirceur

    Le parking
    Du building
    À toujours la même odeur

    En rentrant
    Dans l'appartement
    J'allume mon climatiseur...

    Donnez-moi
    Donnez-moi de l'oxygène
    Donnez-moi de l'oxygène

     

    (Luc Plamondon / Germain Gauthier)

  • 12

    L'amour existe encore

    Quand je m’endors contre ton corps
    Alors je n’ai plus de doute
    L’amour existe encore

    Toutes mes années de déroute
    Toutes, je les donnerais toutes
    Pour m’ancrer à ton port

    La solitude que je redoute
    Qui me guette au bout de ma route
    Je la mettrai dehors

    Pour t’aimer une fois pour toutes
    Pour t’aimer coûte que coûte
    Malgré ce mal qui court
    Et met l’amour à mort

    Quand je m’endors contre ton corps
    Alors je n’ai plus de doute
    L’amour existe encore

    L’amour existe encore…

    On n’était pas du même bord
    Mais au bout du compte on s’en fout
    D’avoir raison ou d’avoir tort

    Le monde est mené par des fous
    Mon amour il n’en tient qu’à nous
    De nous aimer plus fort

    Au-delà de la violence
    Au-delà de la démence
    Malgré les bombes qui tombent
    Aux quatre coins du monde

    Quand je m’endors contre ton corps
    Alors je n’ai plus de doute
    L’amour existe encore
    L’amour existe encore
    L’amour existe encore…

    Pour t’aimer une fois pour toutes
    Pour t’aimer coûte que coûte
    Malgré ce mal qui court
    Et met l’amour à mort

    Quand je m’endors contre ton corps
    Alors je n’ai plus de doute
    L’amour existe encore


    (Luc Plamondon / Richard Cocciante)