Au cœur du stadeAu cœur du stade

Release date: Jul 8, 1999Date de sortie: 8 juil. 1999

Céline au coeur du stade is recorded live during two sold-out concerts at the Stade de France in Paris on June 19 and 20, 1999. Céline makes music history with these two concerts, becoming the first artist in history to perform for more than 90,000 spectators, with a grand total of 180,000 ticketholders over the two nights.

The concerts are nearly canceled when René receives his first cancer diagnosis. Céline is torn between her professional obligations and her desire to remain at her husband’s side. Thanks to technology, the couple remains in direct contact with each other during both shows, and René watches live via the internet. The audience sees Céline use hand gestures to communicate moving messages of love to him. Even the audience joins in, waving posters that express words of love and encouragement for René.

The performance includes songs taken mainly from the album S’il suffisait d’aimer. Jean-Jacques Goldman shares the stage with Céline for a lively version of J’irai où tu iras before the audience joins them for an a cappella version of the chorus to S’il suffisait d’aimer. With just two English songs in her performance, Céline sings Let’s Talk About Love surrounded by a children’s choir and My Heart Will Go On as the finale.

Céline au cœur du stade a été enregistré au Stade de France à Paris dans le cadre des deux spectacles de Céline, affichant complets, présentés les 19 et 20 juin 1999. Ces représentations ont marqué l’histoire dans le domaine du spectacle alors que Céline est devenue la première artiste à attirer au-delà de 90 000 spectateurs au Stade de France, pour un grand total de 180 000 personnes en deux soirs. 

Pourtant, ces deux représentations historiques ont bien failli ne jamais avoir lieu puisqu’à l’époque, son mari et gérant René Angélil entreprenait son premier combat contre le cancer, laissant une Céline déchirée entre le désir de rester au chevet de son mari et celui de répondre à ses obligations professionnelles. Les deux amoureux restèrent en contact direct tout au long des deux performances grâce à la technologie, permettant à René d’assister au spectacle via le web. Qui n’a pas vu ces émouvantes images où Céline, par des signes de la main, envoie des messages d’amour à René ? Même le public fut de la partie comme en témoignent les nombreuses affiches d’encouragements et autres messages d’amour. 

Les chansons retenues sur cet enregistrement proviennent majoritairement de l’album S’il suffisait d’aimer. Jean-Jacques Goldman se joint à elle pour une version endiablée de J’irai où tu iras. Céline n’y interprète que deux chansons en anglais, Let's Talk About Love, en ouverture et My Heart Will Go On, pour la finale.

  • 1

    Let's Talk About Love

    Everywhere I go all the places that I’ve been
    Every smile is a new horizon on a land I’ve never seen
    There are people around the world – different faces different names
    But there’s one true emotion that reminds me we’re the same…
    Let’s talk about love

    From the laughter of a child to the tears of a grown man
    There’s a thread that runs right through us all and helps us understand
    As subtle as a breeze – that fans a flicker to a flame
    From the very first sweet melody to the very last refrain…

    Let’s talk about love
    Let’s talk about us
    Let’s talk about life
    Let’s talk about trust
    Let’s talk about love

    It’s the king of all who live and the queen of good hearts
    It’s the ace you may keep up your sleeve – till the name is all but lost
    As deep as any sea – with the rage of any storm
    But as gentle as a falling leave on any autumn morn…

    Let’s talk about love – it’s all we’re needin’
    Let’s talk about us – it’s the air we’re breathin’
    Let’s talk about life – I wanna know you
    Let’s talk about trust – and I wanna show you
    Let’s talk about love


    (Bryan Adams / Elliott Kennedy / Jean-Jacques Goldman)

  • 2

    Dans un autre monde

    Loin, loin, c’était certain
    Comme une immense faim, un animal instinct
    Oh, partir, partir et filer plus loin
    Tout laisser, quitter tout, rejoindre un destin

    Bye bye, mais faut que j’m’en aille
    Adieu tendres années, salut champs de bataille
    Et sentir, oh sentir et lâcher les chiens
    Y’a trop de trains qui passent, ce train c’est le mien

    Et tant pis pour moi, et tant pis pour nous
    J’aurais pu rester où la roue tourne, où tout est doux
    Moi j’avais pas l’choix, ça cognait partout
    Le monde est ta porte et se joue des verrous

    Rendez-vous dans un autre monde
    ou dans une autre vie
    Quand les nuits seront plus longues
    plus longues que mes nuits
    Et mourir, oh mourir, mais de vivre et d’envie
    Rendez-vous quand j’aurai dévoré mes appétits

    Beau, beau de bas en haut
    J’aimais manger sa peau, j’aimais boire à ses mots
    Mais trop tard, ou brouillard, ou bien trop tôt
    C’était la bonne histoire mais pas le bon tempo

    Bye bye, faut que j’m’en aille
    Une croix sur ses lèvres et ma vie qui s’écaille
    Et s’offrir et souffrir et tomber de haut
    Et descendre et descendre au fond sur le carreau

    Et tant pis pour moi, et tant pis pour lui
    J’pourrais l’attendre ici, rien ne s’oublie tout est gris
    Moi j’avais pas l’choix, ça cognait aussi
    C’est le monde à ta porte et tu lui dis merci

    Refrain

    Rendez-vous dans un autre monde ou dans une autre vie
    Une autre chance, une seconde et tant pis pour celle-ci
    Et puis rire à périr, mais rire aujourd’hui
    Rendez-vous quelque part entre ailleurs et l’infini
    Rendez-vous quand j’aurai dévoré mes appétits
    Rendez-vous quelque part entre ailleurs et l’infini
    C’est le monde à ta porte et tu lui dis merci

    Rendez-vous dans un autre monde ou dans une autre vie
    Une autre chance, une seconde et tant pis pour celle-ci
    Et puis rire à périr, mais rire aujourd’hui

    Ticket pour autre rencontre, rencard au paradis
    Et puis rire à périr, mais rire aujourd’hui
    Au plaisir à plus tard et plus tard est si joli


    (J. J. Goldman)

  • 3

    Je sais pas

    Détourner des rivières, porter des poids
    Traverser des mers, je saurais faire

    Défier des machines, narguer des lois
    Les foudres divines, ça m’effraie pas

    J’sais prendre un coup, le rendre aussi
    River des clous, ça j’ai appris

    J’suis pas victime, j’suis pas colombe
    Et pour qu’on m’abîme, faut qu’je tombe

    Je sais les hivers, je sais le froid
    Mais la vie sans toi, je sais pas

    Je savais le silence depuis longtemps
    J’en sais la violence, son goût de sang

    Rouges colères, sombres douleurs
    Je sais ces guerres, j’en ai pas peur

    Je sais me défendre, j’ai bien appris
    On est pas des tendres par ici

    Je sais les hivers, je sais le froid
    Mais la vie sans toi, je sais pas

    Lutte après lutte, pire après pire
    Chaque minute, j’ai cru tenir

    J’voudrais apprendre jour après jour
    Mais qui commande à nos amours?

    Je sais les hivers, je sais le froid
    Mais la vie sans toi, je sais pas

    Je sais pas
    Je sais pas

     

    (Jean-Jacques Goldman / J. Kapler)

  • 4

    Je crois toi

    Je crains la nuit quand tu n'es pas là
    Ce tout petit au-delà
    Je crains le silence après les voix
    Ce froid si froid

    Je crains les rues, le jour et les gens
    Et la solitude autant
    Je prie qu'on ne me remarque pas
    Moi je crois toi, toi je te crois

    La pluie, les éclairs et les chats noirs
    La vie me glace d'effroi
    Soudain je sursaute en ne croisant qu'un miroir
    Mais n'ai-je peur que de moi ?

    Je crains les promesses et les serments
    Les cris, les mots séduisants
    Je me méfie si souvent de moi
    Mais de toi, pas, toi je te crois

    La pluie, les éclairs et les chats noirs
    La vie me glace d'effroi
    Mais quand je sursaute en ne croisant qu'un miroir
    N'aurais-je peur que de moi ?

    Je crains les saints, le mal et le bien
    Je crains le monde et ses lois
    Quand tout m'angoisse, quand tout s'éteint
    J'entends ta voix
    Je te crois, toi
    Toi, je te crois
    Moi, je te crois


    (Jean-Jacques Goldman)

  • 5

    Terre

    Terre,
    J’ai passé trop de temps sur la route
    À espérer les faibles traces que tu as semées
    Terre,
    Si tu savais combien je t’ai manqué
    Ces journées sans boussole, je l’ai souvent prié
    Terre,
    Que font les amants qui se retrouvent ?
    Que dois-je mettre ce soir
    Un rien de parfum, de l’alcool ou du blues ?
    Terre,
    De mots doux qui tremblent et nichent partout
    De silences bavards, de paupières contre joues

    Et qu’importe le jeu
    J’ai ce que je veux
    Hisser le pavillon bleu
    Car ce soir j’ai touché

    Terre,
    Terre d’asile, sur ta peau de velours
    Glissent les encore et les toujours
    Terre,
    Terre promise, les oiseaux se souviennent
    De nos corps en drapeaux
    qui claquent et qui s’aiment
    Terre,
    Terre de feu, sans issue de secours
    Et nos braises rouges se consomment à leur tour

    Terre,
    Oubliée la mer des songes tabous
    Et les secondes passent
    un peu plus vite chaque jour

    Terre,
    Bien ancrée sur le sol de tes charmes
    J’ai laissé les étoiles guider mes bras
    vers ton cou

    Et ton oeil complice
    À graver sur mes reins
    Plus jamais, jamais peur de rien
    Car ce soir j’ai touché

    Terre,
    Terre d’asile, sur ta peau de velours
    Aux courbures de la fin du jour
    Terre,
    Terre brûlée au langage du désir
    Danse du ciel
    Caresses, partage et soupirs
    Terre,
    Terre étrangère, mais si proche pourtant
    C’est ici que je veux mourir maintenant

    Terre,
    Terre d’asile, terre d’amour

    Terre,
    Terre sauvage, terre promise


    (Erick Benzi)

  • 6

    J'irai où tu iras

    Chez moi les forêts se balancent
    Et les toits grattent le ciel
    Les eaux des torrents sont violence
    Et les neiges sont éternelles
    Chez moi les loups sont à nos portes
    Et tous les enfants les comprennent
    On entend les cris de New York
    Et les bateaux sur la Seine

    Va pour tes forêts tes loups tes gratte-ciel
    Va pour les torrents tes neiges éternelles
    J'habite où tes yeux brillent où ton sang coule
    Où des bras me serrent

    J'irai où tu iras, mon pays sera toi
    J'irai où tu iras qu'importe la place
    Qu'importe l'endroit

    Je veux des cocotiers des plages
    Et des palmiers sous le vent
    Le feu du soleil au visage
    Et le bleu des océans
    Je veux des chameaux des mirages
    Et des déserts envoûtants
    Des caravanes et des voyages comme sur les dépliants

    Va pour tes cocotiers tes rivages
    Va pour tes lagons tout bleu balançant
    J'habite où l'amour est un village
    Là où l'on m'attend

    J'irai où tu iras, mon pays sera toi
    J'irai où tu iras, qu'importe la place
    Qu'importe l'endroit

    Prends tes clic et tes clac et tes rêves et ta vie
    Tes mots, tes tabernacles et ta langue d'ici
    L'escampette et la poudre et la fille de l'air
    Montre-moi tes édens montre-moi tes enfers
    Tes nord et puis tes sud et tes zestes d'ouest

    Chez moi les forêts se balancent
    Et les toits grattent le ciel
    Les eaux des torrents sont violence
    Et les neiges sont éternelles
    Chez moi les loups sont à nos portes
    Et tous les enfants les comprennent
    On entend les cris de New York
    Et les bateaux sur la Seine

    Qu'importe j'irai où bon te semble
    J'aime tes envies j'aime ta lumière
    Tous les paysages te ressemblent
    Quand tu les éclaires

    J'irai où tu iras, mon pays sera toi
    J'irai où tu iras qu'importe la place
    Qu'importe l'endroit


    (Jean-Jacques Goldman)

  • 7

    S'il suffisait d'aimer

    Je rêve son visage je décline son corps
    Et puis je l'imagine habitant mon décor
    J'aurais tant à lui dire si j'avais su parler
    Comment lui faire lire au fond de mes pensées?

    Mais comment font ces autres à qui tout réussit?
    Qu'on me dise mes fautes mes chimères aussi
    Moi j'offrirais mon âme, mon coeur et tout mon temps
    Mais j'ai beau tout donner, tout n'est pas suffisant

    S'il suffisait qu'on s'aime, s'il suffisait d'aimer
    Si l'on changeait les choses un peu, rien qu'en aimant donner
    S'il suffisait qu'on s'aime, s'il suffisait d'aimer
    Je ferais de ce monde un rêve, une éternité

    J'ai du sang dans mes songes, un pétale séché
    Quand des larmes me rongent que d'autres ont versées
    La vie n'est pas étanche, mon île est sous le vent
    Les portes laissent entrer les cris même en fermant

    Dans un jardin l'enfant, sur un balcon des fleurs
    Ma vie paisible où j'entends battre tous les coeurs
    Quand les nuages foncent, présages des malheurs
    Quelles armes répondent aux pays de nos peurs?

    S'il suffisait qu'on s'aime, s'il suffisait d'aimer
    Si l'on changeait les choses un peu, rien qu'en aimant donner
    S'il suffisait qu'on s'aime, s'il suffisait d'aimer
    Je ferais de ce monde un rêve, une éternité

    S'il suffisait qu'on s'aime, s'il suffisait d'aimer
    Si l'on pouvait changer les choses et tout recommencer
    S'il suffisait qu'on s'aime, s'il suffisait d'aimer
    Nous ferions de ce rêve un monde
    S'il suffisait d'aimer


    (Jean-Jacques Goldman)

  • 8

    On ne change pas

    On ne change pas
    On met juste les costumes d'autres sur soi
    On ne change pas
    Une veste ne cache qu'un peu de ce qu'on voit
    On ne grandit pas
    On pousse un peu, tout juste
    le temps d'un rêve, d'un songe
    Et les toucher du doigt

    Mais on n'oublie pas
    L'enfant qui reste, presque nu
    les instants d'innocence
    Quand on ne savait pas

    On ne change pas
    On attrape des airs et des poses de combat
    On ne change pas
    On se donne le change, on croit
    que l'on fait des choix
    Mais si tu grattes là
    Tout près de l'apparence tremble
    un petit qui nous ressemble
    On sait bien qu'il est là
    On l'entend parfois
    Sa rengaine insolente
    qui s'entête et qui répète
    Oh ne me quitte pas

    On n'oublie jamais
    On a toujours un geste
    qui trahit qui l'on est
    Un prince, un valet
    Sous la couronne un regard
    une arrogance, un trait
    D'un prince ou d'un valet
    Je sais tellement ça
    J'ai copié des images
    et des rêves que j'avais
    Tous ces milliers de rêves
    Mais si près de moi
    Une petite fille maigre
    marche à Charlemagne, inquiète
    Et me parle tout bas

    On ne change pas, on met juste
    les costumes d'autres et voilà
    On ne change pas, on ne cache
    qu'un instant de soi

    Une petite fille
    Ingrate et solitaire marche
    et rêve dans les neiges
    en oubliant le froid

    Si je la maquille
    Elle disparaît un peu,
    le temps de me regarder faire
    Et se moquer de moi

    Une petite fille
    Une toute petite fille


    (J.J. Goldman)

  • 9

    Medley acoustique

    Ce n’était qu’un rêve (T. Dion, J. Dion, C. Dion)
    D’amour ou d’amitié (E. Marnay / J.P. Lang / R. Vincent)
    Mon ami m’a quittée (E. Marnay / C.Loigerot / T.Geoffroy)
    L’amour existe encore (L.Plamondon / R. Cocciante)
    Ziggy (L. Plamondon / M. Berger)

  • 10

    Pour que tu m'aimes encore

    J'ai compris tous les mots, j'ai bien compris, merci
    Raisonnable et nouveau, c'est ainsi par ici
    Que les choses ont changé, que les fleurs ont fané
    Que le temps d'avant, c'était le temps d'avant
    Que si tout zappe et lasse, les amours aussi passent

    Il faut que tu saches

    J'irai chercher ton coeur si tu l'emportes ailleurs
    Même si dans tes danses d'autres dansent tes heures
    J'irai chercher ton âme dans les froids dans les flammes
    Je te jetterai des sorts pour que tu m'aimes encore

    Fallait pas commencer m'attirer me toucher
    Fallait pas tant donner moi je sais pas jouer
    On me dit qu'aujourd'hui, on me dit que les autres font ainsi
    Je ne suis pas les autres
    Avant que l'on s'attache, avant que l'on se gâche

    Je veux que tu saches

    J'irai chercher ton coeur si tu l'emportes ailleurs
    Même si dans tes danses d'autres dansent tes heures
    J'irai chercher ton âme dans les froids dans les flammes
    Je te jetterai des sorts pour que tu m'aimes encore

    Je trouverai des langages pour chanter tes louanges
    Je ferai nos bagages pour d'infinies vendanges
    Les formules magiques des marabouts d'Afrique
    J'les dirai sans remords pour que tu m'aimes encore

    Je m'inventerai reine pour que tu me retiennes
    Je me ferai nouvelle pour que le feu reprenne
    Je deviendrai ces autres qui te donnent du plaisir
    Vos jeux seront les nôtres si tel est ton désir
    Plus brillante plus belle pour une autre étincelle
    Je me changerai en or pour que tu m'aimes encore


    (Jean-Jacques Goldman)

  • 11

    My Heart Will Go On

    Every night in my dreams
    I see you, I feel you,
    That is how I know you go on

    Far across the distance
    And spaces between us
    You have come to show you go on

    Near, far, wherever you are
    I believe that the heart does go on
    Once more you open the door
    And you’re here in my heart
    And my heart will go on and on

    Love can touch us one time
    And last for a lifetime
    And never let go till we’re one

    Love was when I loved you
    One true time I hold to
    In my life we’ll always go on

    Near, far, wherever you are
    I believe that the heart does go on
    Once more you open the door
    And you’re here in my heart
    And my heart will go on and on

    There is some love that will not go away

    You’re here, there’s nothing I fear,
    And I know that my heart will go on
    We’ll stay forever this way
    You are safe in my heart
    And my heart will go on and on


    (James Horner / Will Jennings)