Céline: La Tournee Mondiale Taking Chances: Le SpectacleCéline: La Tournee Mondiale Taking Chances: Le Spectacle

Release date: May 4, 2010Date de sortie: 4 mai 2010

Relive Celine’s record breaking tour with the DVD/CD ‘Tournée Mondiale Taking Chances: Le Spectacle’. Surrounded by musicians and dancers, Celine performs her greatest hits on stage. From the energetic opening track “I Drove All Night” to the sweet and classic grand finale ballad “Pour que tu m’aimes encore”, it’s the concert event you’ll want to watch and listen to again and again. A full 80 minutes of Celine belting out 25 incredible performances. The DVD and audio CD were recorded during during Montreal and Boston concerts in August 2008. This DVD/CD set shows once again that Celine is a true show-woman – on stage, she gives herself entirely to her audience.

Configuration:
Disc 1 (DVD)
Disc 2 (CD)

Le DVD/CD ‘Tournée Mondiale Taking Chances : Le Spectacle’ permet de revivre la tournée de tous les records de Céline à travers le monde. Entourée de ses musiciens et de ses danseurs, elle chante ses plus grands succès sur scène. De son énergique titre d’ouverture « I Drove All Night » à sa douce et classique balade « Pour que tu m’aimes encore » pour son grand final, c’est le concert événement que l’on souhaite regarder et écouter encore et encore. Pendant 80 minutes, Céline offre 25 incroyables performances. Le DVD et le CD audio ont été enregistrés lors des concerts de Montréal et Boston en août 2008. Ce DVD/CD montre, une fois de plus, que Céline est une véritable bête de scène – elle se livre entièrement sur scène pour son public.

Configuration:
Disque 1 (DVD)
Disque 2 (CD)

 

  • 1

    I Drove All Night

    I had to escape, the city was sticky and cruel
    Maybe I should have called you first, but I was dying
    to get to you
    I was dreaming while I drove the long, straight road ahead…uh-huh, yeah

    Could taste your sweet kisses, your arms open wide
    This fever for you was just burning me up inside

    I drove all night to get to you
    Is that all right?
    I drove all night, crept in your room
    Woke you from your sleep to make love to you
    Is that all right?
    I drove all night

    What in this world keeps us from falling apart?
    No matter where I go I hear the beating of our one heart
    I think about you when the night is cold and dark…
    uh-huh, yeah
    No one can move me the way that you do
    Nothing erases this feeling between me and you

    I drove all night to get to you
    Is that all right?
    I drove all night, crept in your room
    Woke you from your sleep to make love to you
    Is that all right?
    I drove all night

    I taste your sweet kisses, your arms open wide
    This fever for you was just burning me up inside

    I drove all night to get to you
    Is that all right?

    I drove all night, crept in your room
    Woke you from your sleep to make love to you
    Is that all right?
    I drove all night

    (Billy Steinberg / Tom Kelly)

  • 2

    J´irai où tu iras

    Chez moi les forêts se balancent
    Et les toits grattent le ciel
    Les eaux des torrents sont violence
    Et les neiges sont éternelles
    Chez moi les loups sont à nos portes
    Et tous les enfants les comprennent
    On entend les cris de New York
    Et les bateaux sur la Seine

    Va pour tes forêts tes loups tes gratte-ciel
    Va pour les torrents tes neiges éternelles
    J’habite où tes yeux brillent où ton sang coule
    Où des bras me serrent

    J’irai où tu iras, mon pays sera toi
    J’irai où tu iras qu’importe la place
    Qu’importe l’endroit

    Je veux des cocotiers des plages
    Et des palmiers sous le vent
    Le feu du soleil au visage
    Et le bleu des océans
    Je veux des chameaux des mirages
    Et des déserts envoûtants
    Des caravanes et des voyages comme sur les dépliants

    Va pour tes cocotiers tes rivages
    Va pour tes lagons tout bleu balançant
    J’habite où l’amour est un village
    Là où l’on m’attend

    J’irai où tu iras, mon pays sera toi
    J’irai où tu iras, qu’importe la place
    Qu’importe l’endroit

    Prends tes clic et tes clac et tes rêves et ta vie
    Tes mots, tes tabernacles et ta langue d’ici
    L’escampette et la poudre et la fille de l’air
    Montre-moi tes édens montre-moi tes enfers
    Tes nord et puis tes sud et tes zestes d’ouest

    Chez moi les forêts se balancent
    Et les toits grattent le ciel
    Les eaux des torrents sont violence
    Et les neiges sont éternelles
    Chez moi les loups sont à nos portes
    Et tous les enfants les comprennent
    On entend les cris de New York
    Et les bateaux sur la Seine

    Qu’importe j’irai où bon te semble
    J’aime tes envies j’aime ta lumière
    Tous les paysages te ressemblent
    Quand tu les éclaires

    J’irai où tu iras, mon pays sera toi
    J’irai où tu iras qu’importe la place
    Qu’importe l’endroit


    (Jean-Jacques Goldman)

  • 3

    Destin

  • 4

    Taking Chances

  • 5

    Et s'il n'en restait qu'une (je serais celle-là)

  • 6

    L´amour existe encore

  • 7

    Dans un autre monde

  • 8

    All By Myself

  • 9

    I´m Alive

  • 10

    Je sais pas

  • 11

    My Love

  • 12

    S´il suffisait d´aimer

  • 13

    Alone

  • 14

    Medley Homage À Queen (We Will Rock You, The Show Must Go On)

  • 15

    Medley Soul

    (Sex Machine, Soul Man, Lady Marmalade, Sir Duke, Respect, I Got The Feelin´, I Got You (I Feel Good), It´s A Man´s Man´s Man´s World)
  • 16

    Love Can Move Mountains

  • 17

    River Deep, Mountain High

  • 18

    My Heart Will Go On

  • 19

    Pour que tu m´aimes encore

  • 20

    Eyes On Me

  • 21

    Ouverture - I Drove All Night

  • 22

    I Drove all Night

    I had to escape, the city was sticky and cruel
    Maybe I should have called you first, but I was dying
    to get to you
    I was dreaming while I drove the long, straight road ahead…uh-huh, yeah

    Could taste your sweet kisses, your arms open wide
    This fever for you was just burning me up inside

    I drove all night to get to you
    Is that all right?
    I drove all night, crept in your room
    Woke you from your sleep to make love to you
    Is that all right?
    I drove all night

    What in this world keeps us from falling apart?
    No matter where I go I hear the beating of our one heart
    I think about you when the night is cold and dark…
    uh-huh, yeah
    No one can move me the way that you do
    Nothing erases this feeling between me and you

    I drove all night to get to you
    Is that all right?
    I drove all night, crept in your room
    Woke you from your sleep to make love to you
    Is that all right?
    I drove all night

    I taste your sweet kisses, your arms open wide
    This fever for you was just burning me up inside

    I drove all night to get to you
    Is that all right?

    I drove all night, crept in your room
    Woke you from your sleep to make love to you
    Is that all right?
    I drove all night

    (Billy Steinberg / Tom Kelly)

  • 23

    J'irai où tu iras

    Chez moi les forêts se balancent
    Et les toits grattent le ciel
    Les eaux des torrents sont violence
    Et les neiges sont éternelles
    Chez moi les loups sont à nos portes
    Et tous les enfants les comprennent
    On entend les cris de New York
    Et les bateaux sur la Seine

    Va pour tes forêts tes loups tes gratte-ciel
    Va pour les torrents tes neiges éternelles
    J’habite où tes yeux brillent où ton sang coule
    Où des bras me serrent

    J’irai où tu iras, mon pays sera toi
    J’irai où tu iras qu’importe la place
    Qu’importe l’endroit

    Je veux des cocotiers des plages
    Et des palmiers sous le vent
    Le feu du soleil au visage
    Et le bleu des océans
    Je veux des chameaux des mirages
    Et des déserts envoûtants
    Des caravanes et des voyages comme sur les dépliants

    Va pour tes cocotiers tes rivages
    Va pour tes lagons tout bleu balançant
    J’habite où l’amour est un village
    Là où l’on m’attend

    J’irai où tu iras, mon pays sera toi
    J’irai où tu iras, qu’importe la place
    Qu’importe l’endroit

    Prends tes clic et tes clac et tes rêves et ta vie
    Tes mots, tes tabernacles et ta langue d’ici
    L’escampette et la poudre et la fille de l’air
    Montre-moi tes édens montre-moi tes enfers
    Tes nord et puis tes sud et tes zestes d’ouest

    Chez moi les forêts se balancent
    Et les toits grattent le ciel
    Les eaux des torrents sont violence
    Et les neiges sont éternelles
    Chez moi les loups sont à nos portes
    Et tous les enfants les comprennent
    On entend les cris de New York
    Et les bateaux sur la Seine

    Qu’importe j’irai où bon te semble
    J’aime tes envies j’aime ta lumière
    Tous les paysages te ressemblent
    Quand tu les éclaires

    J’irai où tu iras, mon pays sera toi
    J’irai où tu iras qu’importe la place
    Qu’importe l’endroit


    (Jean-Jacques Goldman)

  • 24

    Destin

    Y’a pas de voiles aux volets de mes frères
    Y’a pas d’opale autour de mes doigts
    Ni cathédrale où cacher mes prières
    Juste un peu d’or autour de ma voix

    Je vais les routes et je vais les frontières
    Je sens, j’écoute, et j’apprends, je vois
    Le temps s’égoutte au long des fuseaux horaires
    Je prends, je donne, avais-je le choix?

    Tel est mon destin
    Je vais mon chemin
    Ainsi passent mes heures
    Au rythme entêtant des battements de mon coeur

    Des feux d’été je vole aux sombres hivers
    Des pluies d’automne aux étés indiens
    Terres gelées aux plus arides déserts
    Je vais je viens, ce monde est le mien

    Je vis de notes et je vis de lumière
    Je virevolte à vos cris, vos mains
    La vie m’emporte au creux de tous ses mystères
    Je vois dans vos yeux mes lendemains

    Tel est mon destin
    Je vais mon chemin
    Ainsi passent mes heures
    Au rythme entêtant des battements de mon coeur

    Je vais les routes et je vais les frontières
    Je sens, j’écoute, et j’apprends, je vois
    Le temps s’égoutte au long des fuseaux horaires
    Je prends, je donne, avais-je le choix?

    Je prends le blues aux signaux des répondeurs
    Je prends la peine aux aéroports
    Je vis l’amour à des kilomètres ailleurs
    Et le bonheur à mon téléphone

    Tel est mon destin
    Je vais mon chemin
    Ainsi passent mes heures
    Au rythme entêtant des battements de mon coeur


    (Jean-Jacques Goldman) 

  • 25

    Taking Chances

    Don’t know much about your life
    Don’t know much about your world but
    Don’t want to be alone tonight
    On this planet they call earth

    You don’t know about my past and
    I don’t have the future figured out
    And maybe this is going too fast
    And maybe it’s not meant to last,

    But what do you say to taking chances
    What do you say to jumping off the edge
    Never knowing if there’s solid ground below
    Or a hand to hold
    Or hell to pay

    What do you say
    What do you say

    I just wanna start again
    Maybe you could show me how to try
    Maybe you could take me in
    Somewhere underneath your skin

    What do you say to taking chances
    What do you say to jumping off the edge
    Never knowing if there’s solid ground below
    Or a hand to hold
    Or hell to pay

    What do you say
    What do you say

    And I’ve had my heart beaten down
    But I always come back for more, yeah
    There’s nothing like love to pull you up
    When you’re lying down on the floor there,
    So talk to me, talk to me like lovers do
    Yeah walk with me, walk with me like lovers do
    Like lovers do

    What do you say to taking chances
    What do you say to jumping off the edge
    Never knowing if there’s solid ground below
    Or a hand to hold
    Or hell to pay

    What do you say
    What do you say

    Don’t know much about your life
    Don’t know much about your world

  • 26

    Et s'lil n'en restait qu'une (je serais celle-là)

  • 27

    L'amour existe encore

    Quand je m'endors contre ton corps
    Alors je n'ai plus de doute
    L'amour existe encore

    Toutes mes années de déroute
    Toutes, je les donnerais toutes
    Pour m'ancrer à ton port

    La solitude que je redoute
    Qui me guette au bout de ma route
    Je la mettrai dehors

    Pour t'aimer une fois pour toutes
    Pour t'aimer coûte que coûte
    Malgré ce mal qui court
    Et met l'amour à mort

    Quand je m'endors contre ton corps
    Alors je n'ai plus de doute
    L'amour existe encore

    L'amour existe encore...

    On n'était pas du même bord
    Mais au bout du compte on s'en fout
    D'avoir raison ou d'avoir tort

    Le monde est mené par des fous
    Mon amour il n'en tient qu'à nous
    De nous aimer plus fort

    Au-delà de la violence
    Au-delà de la démence
    Malgré les bombes qui tombent
    Aux quatre coins du monde

    Quand je m'endors contre ton corps
    Alors je n'ai plus de doute
    L'amour existe encore
    L'amour existe encore
    L'amour existe encore...

    Pour t'aimer une fois pour toutes
    Pour t'aimer coûte que coûte
    Malgré ce mal qui court
    Et met l'amour à mort

    Quand je m'endors contre ton corps
    Alors je n'ai plus de doute
    L'amour existe encore

  • 28

    Dans un autre monde

  • 29

    All By Myself

    When I was young
    I never needed anyone
    And making love was just for fun
    Those days are gone
    Livin’ alone
    I think of all the friends I’ve known
    When I dial the telephone
    Nobody’s home

    All by myself
    Don’t wanna be
    All by myself
    Anymore

    Hard to be sure
    Sometimes I feel so insecure
    And loves so distant and obscure
    Remains the cure

    All by myself
    Don’t wanna be
    All by myself
    Anymore
    All by myself
    Don’t wanna live
    All by myself
    Anymore

    When I was young
    I never needed anyone
    Making love was just for fun
    Those days are gone

    All by myself
    Don’t wanna be
    All by myself
    Anymore
    All by myself
    Don’t wanna live
    Oh
    Don’t wanna live
    By myself, by myself
    Anymore
    By myself
    Anymore
    Oh
    All by myself
    Don’t wanna live
    I never, never, never
    Needed anyone

  • 30

    Je sais pas

    Détourner des rivières, porter des poids
    Traverser des mers, je saurais faire

    Défier des machines, narguer des lois
    Les foudres divines, ça m'effraie pas

    J'sais prendre un coup, le rendre aussi
    River des clous, ça j'ai appris

    J'suis pas victime, j'suis pas colombe
    Et pour qu'on m'abîme, faut qu'je tombe

    Je sais les hivers, je sais le froid
    Mais la vie sans toi, je sais pas

    Je savais le silence depuis longtemps
    J'en sais la violence, son goût de sang

    Rouges colères, sombres douleurs
    Je sais ces guerres, j'en ai pas peur

    Je sais me défendre, j'ai bien appris
    On est pas des tendres par ici

    Je sais les hivers, je sais le froid
    Mais la vie sans toi, je sais pas

    Lutte après lutte, pire après pire
    Chaque minute, j'ai cru tenir

    J'voudrais apprendre jour après jour
    Mais qui commande à nos amours?

    Je sais les hivers, je sais le froid
    Mais la vie sans toi, je sais pas

    Je sais pas
    Je sais pas


    (Jean-Jacques Goldman/J. Kapler)

  • 31

    S'il suffisait d'aimer

    Je rêve son visage je décline son corps
    Et puis je l’imagine habitant mon décor
    J’aurais tant à lui dire si j’avais su parler
    Comment lui faire lire au fond de mes pensées?

    Mais comment font ces autres à qui tout réussit?
    Qu’on me dise mes fautes mes chimères aussi
    Moi j’offrirais mon âme, mon coeur et tout mon temps
    Mais j’ai beau tout donner, tout n’est pas suffisant

    S’il suffisait qu’on s’aime, s’il suffisait d’aimer
    Si l’on changeait les choses un peu, rien qu’en aimant donner
    S’il suffisait qu’on s’aime, s’il suffisait d’aimer
    Je ferais de ce monde un rêve, une éternité

    J’ai du sang dans mes songes, un pétale séché
    Quand des larmes me rongent que d’autres ont versées
    La vie n’est pas étanche, mon île est sous le vent
    Les portes laissent entrer les cris même en fermant

    Dans un jardin l’enfant, sur un balcon des fleurs
    Ma vie paisible où j’entends battre tous les coeurs
    Quand les nuages foncent, présages des malheurs
    Quelles armes répondent aux pays de nos peurs?

    S’il suffisait qu’on s’aime, s’il suffisait d’aimer
    Si l’on changeait les choses un peu, rien qu’en aimant donner
    S’il suffisait qu’on s’aime, s’il suffisait d’aimer
    Je ferais de ce monde un rêve, une éternité

    S’il suffisait qu’on s’aime, s’il suffisait d’aimer
    Si l’on pouvait changer les choses et tout recommencer
    S’il suffisait qu’on s’aime, s’il suffisait d’aimer
    Nous ferions de ce rêve un monde
    S’il suffisait d’aimer

  • 32

    Alone

    I hear the ticking of the clock
    I’m lying here the room’s pitch dark
    I wonder where you are tonight
    No answer on the telephone
    And the night goes by so very slow
    Oh I hope that it won’t end though
    Alone

    Till now I always got by on my own
    I never really cared until I met you
    And now it chills me to the bone
    How do I get you alone
    How do I get you alone

    You don’t know how long I have wanted
    To touch your lips and hold you tight, oh
    You don’t know how long I have waited
    And I was going to tell you tonight
    But the secret is still my own
    And my love for you is still unknown
    Alone

    Till now I always got by on my own
    I never really cared until I met you
    And now it chills me to the bone
    How do I get you alone
    How do I get you alone

    How do I get you alone
    How do I get you alone

    Alone
    Alone

     

    Written by Billy Steinberg / Thomas Kelly

  • 33

    Medley Soul

  • 34

    It´s a Man´s Man´s Man´s World

  • 35

    River Deep, Mountain High

    When I was a little girl
    I had a rag doll
    Only doll I’ve ever owned
    Now I love you just the way I loved that rag doll
    But only now my love has grown

    And it gets stronger, in every way
    And it gets deeper, let me say
    And it gets higher, day by day

    And do I love you my oh my
    Yeh river deep mountain high
    If I lost you would I cry
    Oh how I love you baby, baby, baby, baby

    When you were a young boy
    Did you have a puppy
    That always followed you around
    Well I’m gonna be as faithful as that puppy
    No I’ll never let you down

    Cause it grows stronger, like a river flows
    And it gets bigger baby, and heaven knows
    And it gets sweeter baby, as it grows

    And do I love you my oh my
    Yeh river deep, mountain high
    If I lost you would I cry
    Oh how I love you baby, baby, baby, baby

    I love you baby like a flower loves the spring
    And I love you baby just like Tina loves to sing
    And I love you baby like a school boy loves his pet
    And I love you baby, river deep mountain high
    Oh yeah you’ve gotta believe me
    River Deep, Mountain High
    Do I love you my oh my, oh baby
    River deep, mountain high
    If I lost you would I cry
    Oh how I love you baby, baby, baby, baby

  • 36

    My Heart Will Go On

    Every night in my dreams
    I see you, I feel you,
    That is how I know you go on

    Far across the distance
    And spaces between us
    You have come to show you go on

    Near, far, wherever you are
    I believe that the heart does go on
    Once more you open the door
    And you’re here in my heart
    And my heart will go on and on

    Love can touch us one time
    And last for a lifetime
    And never let go till we’re one

    Love was when I loved you
    One true time I hold to
    In my life we’ll always go on

    Near, far, wherever you are
    I believe that the heart does go on
    Once more you open the door
    And you’re here in my heart
    And my heart will go on and on

    There is some love that will not go away

    You’re here, there’s nothing I fear,
    And I know that my heart will go on
    We’ll stay forever this way
    You are safe in my heart
    And my heart will go on and on


    (James Horner/Will Jennings)

  • 37

    Pour que tu m'aimes encore

    J’ai compris tous les mots, j’ai bien compris, merci
    Raisonnable et nouveau, c’est ainsi par ici
    Que les choses ont changé, que les fleurs ont fané
    Que le temps d’avant, c’était le temps d’avant
    Que si tout zappe et lasse, les amours aussi passent

    Il faut que tu saches

    J’irai chercher ton coeur si tu l’emportes ailleurs
    Même si dans tes danses d’autres dansent tes heures
    J’irai chercher ton âme dans les froids dans les flammes
    Je te jetterai des sorts pour que tu m’aimes encore

    Fallait pas commencer m’attirer me toucher
    Fallait pas tant donner moi je sais pas jouer
    On me dit qu’aujourd’hui, on me dit que les autres font ainsi
    Je ne suis pas les autres
    Avant que l’on s’attache, avant que l’on se gâche

    Je veux que tu saches

    J’irai chercher ton coeur si tu l’emportes ailleurs
    Même si dans tes danses d’autres dansent tes heures
    J’irai chercher ton âme dans les froids dans les flammes
    Je te jetterai des sorts pour que tu m’aimes encore

    Je trouverai des langages pour chanter tes louanges
    Je ferai nos bagages pour d’infinies vendanges
    Les formules magiques des marabouts d’Afrique
    J’les dirai sans remords pour que tu m’aimes encore

    Je m’inventerai reine pour que tu me retiennes
    Je me ferai nouvelle pour que le feu reprenne
    Je deviendrai ces autres qui te donnent du plaisir
    Vos jeux seront les nôtres si tel est ton désir
    Plus brillante plus belle pour une autre étincelle
    Je me changerai en or pour que tu m’aimes encore.

     

    (Jean-Jacques Goldman)